​Mine Raglan est un chef de file en développement durable, qui travaille sans cesse à améliorer ses façons de faire en la matière afin de minimiser son empreinte environnementale. Nous savons que nos décisions d'aujourd'hui auront une influence sur demain et c'est pourquoi nous nous assurons de faire des choix qui seront durables et qui bénéficieront à nos générations futures. Nous sommes fiers de soutenir la recherche et le développement par le biais de chaires de recherche spécialisées dans le domaine et de projets novateurs. Voici quelques-unes de nos implications en recherche et développement :

Caribou Ungava

Caribou Ungava est un vaste programme de recherche portant sur l'écologie et la dynamique des populations du caribou migrateur du Québec-Labrador dans un contexte de changements climatiques. Il a été officiellement lancé en 2009 et est supervisé par des chercheurs de l'Université Laval, de l'Université de Sherbrooke et du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. Mine Raglan soutient financièrement ce programme de recherche depuis son implantation et y contribue en offrant le gratuitement transport et l'hébergement aux chercheurs qui viennent sur le territoire, en plus de mettre à leur disposition plusieurs équipements et matériels. 

Institut de recherche en mines et en environnement (IRME)

L'Institut de recherche en mines et en environnement (IRME) est un programme de recherche unique au Québec qui a été lancé en 2013 conjointement par l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et Polytechnique Montréal, en association avec plusieurs partenaires miniers incluant Mine Raglan. D'une valeur de près de dix millions $ répartis sur sept ans, ce partenariat novateur vise la réalisation d'une programmation de recherche de pointe et la formation d'une main-d'œuvre hautement qualifiée.

Surveillance des glaces

L'objectif principal du projet de surveillance des glaces à Baie-Déception  est d'identifier l'impact qu'auront les changements climatiques sur les infrastructures maritimes du Nunavik et d'identifier les mesures d'adaptation à mettre en place afin d'assurer la pérennité de celles-ci ainsi que la sécurité des usagers. Ce projet est soutenu par de multiples partenaires, y compris les communautés de Salluit et de Kangiqsujuaq, l'Administration régionale Kativik, Trent University, l'Institut National de la Recherche Scientifique ainsi que le Ministère des Transports du Québec.

Autres initiatives :

  • Étude sur l'état de santé de la population d'ombles chevalier dans les lacs et à Baie Déception, en collaboration avec le Centre de Recherche du Nunavik et la Société Makivik.
  • Évaluation des espèces invasives dans les ballasts de navires, en collaboration avec Pêches et Océans Canada.